Les billets de Lise

Voici un truc si simple qui améliorera votre qualité de vie au travail et à la maison


J’aimerais vous proposer de créer de toutes petites pauses tout au long de votre journée. Appelez-les comme vous voulez: pause-santé, mini-vacance ou refaire le plein d’énergie. Peu importe le nom, du moment que cela vous attire.


Les bienfaits sont nombreux: 
Apaisement des maux de tête, soulagement musculaire et oculaire, concentration accrue, régénération de l’énergie, meilleur équilibre émotionnel, un sommeil plus réparateur, etc.


Voici comment :

À quelques reprises, arrêtez ce que vous faites, mettez-vous debout, étirez-vous en inspirant la bouche ouverte pour susciter le bâillement. Respirez ainsi à quelques reprises et laissez votre corps prendre son espace à travers les étirements. Puis, fermez la bouche et regardez à l’intérieur de vous pour retrouver cet espace où il y a de l’harmonie, sans jugement, juste en observant ce qui EST.

Pourquoi ne prendriez-vous pas une pause-vacance dès maintenant!

Pour les gens qui choisissent d’aller plus loin, je vous incite à faire votre cohérence cardiaque. Vous vous rappelez le 3-6-5 : 3 fois par jour, 6 respirations par minute pendant 5 minutes. 
Ce 3-6-5 se fait à intervalles de 4 à 6 heures selon votre niveau de stress. 
Dès le saut du lit, on fait son 3-6-5 afin de baisser son taux de cortisol (hormone du stress) de 20% pour la journée. Les effets du 3-6-5 sont cumulatifs.

Je n’en démords pas. C’est essentiel dans notre société actuelle. 

La peur ou la foi? C'est un choix...

Janvier, mois des résolutions, mois des nouveaux départs! 

Loin de moi l’idée de vous inciter à prendre de nouvelles résolutions ou de vous encourager à continuer ce que vous venez de commencer. 

J’ai plutôt envie de vous entretenir d’un sujet qui me tient à coeur et qui est sous-jacent à la prise de toute décision. Je choisis de vous parler de la peur et surtout de son double: la foi. N’est-ce-pas ce sur quoi nous nous appuyons quand on prend des résolutions? Nous avons la foi d’avoir une meilleure santé, un bien-être accru. 

Il y a deux façons de vivre: dans la peur ou être dans la foi. Nous connaissons tous la peur. Cette dernière est présente dans nos vies et bien souvent, elle nous empêche de vivre la vie que nous méritons tous. Dans l’état de peur, notre énergie baisse, nous sommes plus vulnérables aux virus et microbes et nous vivons une forme de mal-être et des états anxieux. En plus, c’est désagréable. Bien entendu, je ne parle pas ici de la peur saine qui nous avertit d’un danger ou qui nous protège. 

Plutôt que de parler de la peur, regardons comment nous pouvons cultiver la foi. La foi se cultive! Oui, c’est un muscle qu’il nous appartient de bâtir jour après jour. Regardons quelques moyens simples permettant d’amplifier notre réserve de foi. 



Le premier outil est l’attention. Portez attention à la peur, cette sensation dans votre corps. Où se situe-t-elle? Décrivez-la et parlez-lui de la façon suivante; je t’aime, tu es précieuse pour moi, je sais que tu as peur mais je vais prendre soin de toi. Et maintenant, respirez par 3 fois en faisant une pause à poumons pleins avant d’expirer doucement jusqu’au bout de l’expiration. 

Le second outil: la respiration en cohérence cardiaque. Vous connaissez la cohérence cardiaque? C’est une respiration abdominale où le coeur entre en cohérence avec les poumons parce que vous respirez 6 fois par minute, pendant 5 minutes et ce, trois fois par jour (dont la première fois au lever). Cette façon de respirer permet à l’amygdale de relâcher le signal de stress intense dans le corps. Voici un site que je vous suggère: https://www.coherencepro.com . 

Un troisième outil consiste à faire de petits pas concernant vos peurs, commencez par les petites et célébrez vos victoires à chaque fois. Prenez le temps de revenir dans un espace de tranquillité à chaque jour en méditant, en priant ou en faisant de la contemplation. Connectez-vous à la Source de vie, à l’amour, à Dieu ou à ce qui vous donne un sens. C’est indispensable et nous avons tous à l’intérieur de nous une forme de croyance. Des études ont été faites concernant la prière et la méditation. Elles prouvent hors de tout doute une diminution du stress et une meilleure santé psychologique grâce à ces outils. Un dernier conseil pour susciter la foi: chaque jour, regardez-vous dans le miroir et offrez-vous un bouquet d’acceptation, de tendresse, d’amour en vous disant tout simplement: …… (votre nom) je t’aime, je t’accepte, aujourd’hui la vie t’aime, aujourd’hui je reçois de la vie tout ce dont j’ai besoin et encore plus. 


Une tout dernière chose avant de vous laisser, pratiquez le lâcher-prise et abandonnez le contrôle. C’est le contrôle qui nous fait penser que la vie devrait être autrement qu’elle ne l’est et c’est ce contrôle qui nous amène dans la peur. 

Voilà des outils faciles et quotidiens qui vous amèneront vers le bonheur. Bonne pratique.


5 petites minutes pour de grands bienfaits!


Dans le milieu d’une journée, que faites-vous pour vous redonner un peu d’énergie quand le stress et la tension nerveuse montent? Ou quand la concentration tombe? Vous vous servez un autre café? Ou un soda? Ou vous mangez une pâtisserie? Résultat? C’est pire! 

Il existe un moyen simple et gratuit de remonter votre énergie et de faire baisser stress et Cortisol: 

LA RESPIRATION DE LA COHÉRENCE CARDIAQUE

C’est une respiration ABDOMINALE à raison de 6 RESPIRATIONS / MINUTE pendant un minimum de 3 minutes, préférablement 5. Cela permet à votre coeur, ce petit cerveau secondaire, d’entrer dans un état de calme. L’alarme qui s’est mise à sonner dans votre tête cesse. 

Le Dr David Servan-Schreiber en parle dans son livre « GUÉRIR » (Guérir du stress de l’anxiété et de la dépression sans médicaments ni psychanalyse). Immédiatement, le calme revient, le taux de Cortisol baisse (l’hormone du stress), la production d’ocytocine augmente (l’hormone de l’amour) et finalement, il y a une réduction des sensations désagréables dues au stress. 

Voilà quelques effets à court terme mais la liste des bienfaits est beaucoup plus longue. La prochaine fois que vous aurez besoin de vous recentrer, essayez la cohérence.

Voici une liste des bienfaits de la cohérence cardiaque :
Sensation de bien-être et de calme
Renforcement du système immunitaire
Augmentation de l’attention et de la concentration
Diminution de la douleur
Équilibration des émotions
Diminution des troubles du sommeil et de l’anxiété
Meilleure gestion du stress


Prenez les 5 prochaines minutes pour la pratiquer avec moi dans cette vidéo :

5 minutes de Cohérence cardiaque

















Mes 3 trucs pour une rentrée stimulante

Pour nous tous, cette période de l’année marque un commencement. Nous sommes tous allés à l’école suffisamment longtemps pour avoir inscrit le mois de septembre comme étant le temps du recommencement. Après un été bien rempli, c’est le moment de retourner aux horaires plus stables, aux routines. 

C’est donc un bon temps dans la vie, pour changer un élément qui vous permettrait d’être plus heureux et mieux dans votre peau. Par exemple, pourquoi ne pas changer votre boisson gazeuse quotidienne (qui vous fait prendre 10 kg dans un an) pour de l’eau à laquelle vous aurez ajouté une feuille de menthe ou un peu de jus de citron. 

Vous aimeriez faire un peu plus d’exercice? À partir de maintenant, vous pouvez vous stationner le plus loin possible au travail ou lorsque vous faites des courses. Vous ajouterez ainsi plusieurs pas sur votre podomètre. 

Cela fait longtemps que vous aimeriez faire de la méditation ou/et du yoga? Abonnez-vous à Yoga-Zen Fit et faites d’une pierre deux coups. Pour aussi peu que 85$ pour 4 mois, vous aurez la chance d’aborder ces pratiques millénaires dans le confort de votre foyer. Pas besoin de vous déplacer, pas d’horaire et pas de comparaison, il est désormais simple de vous recentrer, vous étirer et vous détendre en plus d’enrichir vos connaissances en santé et mieux-être grâce à tout ce que Lise partagera avec vous. 

Pour vous donner un petit avant-goût, voici une vidéo de 3 minutes qui vous montrera comment stimuler votre digestion lorsque le besoin se fait sentir. 3 minutes seulement…

Je suis souvent consternée par la quantité de personnes souffrant d’allergies. Il existe, en hypnose, une procédure qui pourrait vous permettre de soulager ces contraintes. En quelques rendez-vous seulement, vous pouvez améliorer et/ou régler la situation.

Téléphonez-moi au 514-331-7031 et faites en sorte de prendre le chemin du mieux-être.


Vous n’avez rien à perdre et tout à gagner. 

Lise Lareau






Stress et détresse au travail, que faut-il faire?

Au cours des années, nous avons tous pu constater le stress grandissant dans nos vies. Voici quelques exemples de situations que nous retrouvons de plus en plus dans nos bureaux. 

Le patron de 
Michel lui en demande de plus en plus. Il court continuellement et son équipe est essoufflée aussi. Il sent qu’il ne se réalise plus dans son travail et sa famille en souffre.






Isabelle travaille comme adjointe-administrative dans une entreprise de 8h30 à 4h30. Elle a à peine le temps de dîner et n’arrive pas à prendre ses pauses tellement elle a du travail. De plus, elle doit faire 60 minutes de trajet tous les jours. Le soir, elle est si fatiguée qu’elle est de mauvaise humeur. Elle n’a plus de plaisir avec ses enfants et son conjoint. Elle aimerait travailler 3 jours/semaine mais n’en voit pas la possibilité avec les obligations financières. 

Marie-Claude travaille longues heures comme préposée et elle doit se déplacer dans plusieurs CHSLD et s’habituer à des équipes différentes. Elle n’a pas le temps voulu pour s’occuper des patients comme elle aimerait le faire. Elle se sent tout le temps frustrée. 

Il faut se rendre à l’évidence. Les exigences de la vie moderne font en sorte que nous courons tout le temps. Personne n’a assez de temps. Comment faire alors pour reconnaître les symptômes du mauvais stress et pour prévenir la détérioration de votre vie et de celle de votre entourage?

Quels sont les symptômes à surveiller? 

Mauvais sommeil, maux de tête trop fréquents, fatigue en se levant et qui persiste au cours de la journée, perte de concentration, mauvaise humeur, tension musculaire, inquiétudes, anxiété et un mental qui n’arrête plus. Quand cette tension persiste, le corps tout entier devient en état d’alerte. Tous les systèmes du corps lancent des signaux d’alarme. C’est comme si il vous fallait défendre votre vie constamment, alors le taux de cortisol (l’hormone du stress) reste trop élevé. Tout cela ne peut durer indéfiniment car le corps s’épuise de plus en plus. Il est assez facile de voir ce que vous faites lorsque vous êtes stressé. Certains mangent (surtout du sucre, du sel ou des gras), boivent ou consomment (alcool ou drogue), procrastinent (en regardant la TV, jeux vidéos, réseaux sociaux), ont la folie du magasinage ou une addiction au jeu. Si c’est ce que vous faites, sachez que vous aurez peut-être un soulagement temporaire mais à moyen et long terme, les effets sont négatifs et précurseurs d’épuisement et de maladie. 


Que faut-il faire alors? 

Il faut d’abord identifier les principaux agents de stress et les calibrer par ordre d’importance. Par la suite, il faut apporter des changements. Une bonne planification et de l’organisation sont de mise. Voici quelques outils qui pourraient vous venir en aide: cohérence cardiaque, yoga, respiration et méditation de la pleine conscience (voyez la vidéo), faire de l’exercice (quelque chose que vous aimez), s’assurer d’avoir un sommeil assez long et réparateur, boire de l’eau claire tout au long de votre journée, s’accorder des pauses, des marches dans la nature pour se réénergiser, jouer et décrocher, demander de l’aide et du soutien. 

Au travail, il faut prioriser les tâches, se fixer des objectifs personnels, se gratifier à certains moments (même si votre patron ne le fait pas), et déléguer certaines tâches. 

En tout dernier, il faut trouver et se dire à l’intérieur des phrases positives et s’accorder le droit à l’erreur et au repos.

Sachez qu’en faisant de votre santé physique, mentale, émotionnelle et spirituelle votre priorité, vous augmentez votre force de rayonnement, de succès et de bonheur.


Ajoutons que dans un monde tel que celui dans lequel nous vivons, il appartient à chacun de nous de faire le choix d’une vie meilleure en apprenant à être conscient et en développant notre force intérieure ainsi que notre sagesse afin de vivre une vie plus épanouie et léguer un monde meilleur aux générations suivantes.


LA MÉDITATION DE LA PLEINE CONSCIENCE




La course infernale

Les parents d’aujourd’hui sont soumis à beaucoup plus de pression que ceux d’il y a 20, 30 ou 40 ans. Aujourd’hui, tout doit se passer avec vitesse, urgence, instantanéité et le besoin de performer est omniprésent. Il faut pouvoir faire sa place dans une société très compétitive. L’équilibre donc est difficile à maintenir, en particulier pour les familles.
Voici un courriel que nous avons reçu récemment d’une maman :
« Depuis notre visite au Centre, mon conjoint et moi sommes rassurés et cela nous commence à faire une différence avec nos enfants. Merci de nous avoir dit que nous sommes de bons parents, parce que nous aimons nos enfants, car cela est vrai et malgré le fait que nous sommes un peu maladroits et que nous faisons beaucoup d’erreurs. Vos paroles ont enlevé un poids énorme sur nos épaules et cela nous a permis de laisser aller un peu de tension que nous avions à cause des attentes du point de vue éducation et performance. Merci infiniment et à très bientôt.
Une maman soulagée. »



ON COURT! ON COURT!

Résultat ? Les parents que nous recevons au Centre se sentent débordés, essoufflés, incompétents. Ils sont stressés et se dévalorisent continuellement. Le tissu familial et social de la génération précédente n’étant pratiquement plus là, les parents sont laissés à eux-mêmes.

JE SUIS LISE LAREAU, COACH DE FAMILLE ET VOICI COMMENT J’AIDE LES FAMILLES…

La première chose que je fais souvent quand je les accueille c’est de les aider à se détendre, à respirer, à revenir à eux-mêmes et à l’amour qu’ils ont pour leurs enfants. On part de là. Ils ont besoin d’être rassurés, ils ont besoin de savoir qu’ils sont de bons parents et cela même s’ils commettent des erreurs.
Être parent est sans aucun doute la tâche la plus difficile au monde. Il n’y a aucun cours assurant une certification de compétence. Chaque parent fait de son mieux. De plus, les conjoints ont été élevés de façon différente ce qui les amènera automatiquement à avoir des comportements différents avec leurs enfants. Et peut-être qu’ils n’ont même pas les mêmes valeur ! La première difficulté sera donc d’harmoniser leurs attitudes et de le permettre de s’entendre sur les valeurs importantes pour leur famille.

LES ENFANTS N’ARRIVENT PAS AVEC UN MODE D’EMPLOI !

Bien sûr aucun des enfants ne naîtra avec une petite note expliquant comment le comprendre et agir pour que tout se déroule bien. Alors, cela sera le jeu de l’essai/erreur. C’est ce que tout le monde fait en matière d’éducation, car chaque enfant est unique et les recettes qui fonctionnent sur un enfant ne fonctionnent  peut-être pas sur un autre.
Mais peu importe la culture, le niveau économique, la profession ou le pays, il est toujours important de revenir à l’essentiel, à la simple et unique raison pour laquelle on choisit d’avoir des enfants et je parle d’amour ! On a des enfants pour les aimer et pour ça, il faut parfois oublier tout le reste et juste être avec eux dans son cœur !


La recette pour avoir un enfant équilibré et heureux

Ce qu’on désire le plus pour eux c’est qu’ils soient heureux alors il est de toute première importance d’être heureux avec eux. Les enfants apprennent par l’exemple surtout et avant tout !
 Les enfants qui se sentent heureux sont sécures. Ils ont le goût d’apprendre, de se développer et de se faire des amis. Ils démontrent de la curiosité et de la créativité. 
C’est la recette.
Alors, rappelez-vous, relaxez et prenez le temps de vivre et d’ouvrir votre cœur avec vos enfants. C’est la chose la plus simple, la plus vraie pour vous et pour eux !

Personne n'est parfait !

Les comportements à éviter avec vos enfants…

Julie est mère de deux enfants qu’elle aime : Jérémie et Benoît. Cependant parfois Jérémie teste la patience de sa mère et certaines phrases malheureuses s’échappent alors…
  • Jérémie, regarde Benoît, il écoute sa maman lui !
  • Jérémie, si tu restes bien tranquille, tu auras une surprise !
  • Décolle Jérémie et laisse-moi tranquille,  j’ai besoin d’air !
  • Non, nous n’allons pas chez Mamie, car elle ne m’aime pas !
Vous vous reconnaissez un tout petit peu ? Ou encore reconnaissez-vous une personne de votre entourage ? 



Comparer, rejeter, faire du chantage, dénigrer…

Qui n’a pas un jour comparé, rejeté, fait du chantage, dénigré des proches devant ses enfants… pour ensuite regretter amèrement ses paroles !
Personne n’est parfait !
Cependant, on peut tous faire des efforts.
Afin d’éclairer votre lanterne par rapport à ce qu’il ne faut pas faire comme parent, j’ai pensé vous offrir quelques conseils histoire d’avoir des points de repère.
Alors, allons-y. De préférence à éviter :
  • les rejeter et leur fermer la porte de votre cœur parce que vous êtes en colère
  • les priver de contacts physiques et de tendresse
  • les comparer sans cesse avec la fratrie ou des amis/es
  • tout leur accorder et ne pas imposer de règles claires et raisonnables
  • critiquer les autres, des membres de la famille ou leurs amis/es
  • les ridiculiser
  • imposer des punitions déraisonnables
  • crier constamment après eux
  • exiger qu’ils performent constamment
  • se chicaner entre conjoints devant eux
  • ne pas s’intéresser à leurs désirs, à leurs passions
  • ne pas les écouter avec toute votre attention au moins une fois par jour

Déjà, en évitant ces comportements, vous obtiendrez une maisonnée plus calme.

Est-ce que je l'aime encore?

Je l’aime encore ? Je ne l’aime plus ? 

Je ne suis plus amoureux/se mais…

Elle est dans mon bureau et se tourmente avec son dilemme. Mariée depuis 15 ans, 2 enfants au seuil de l’adolescence, ils travaillent tous les deux très dur pour leur petite famille. Les épreuves n’ont pas manqué: maladie, déboires financiers, perte d’emploi, chômage prolongé, mésententes avec la famille et conséquemment manque de support. Depuis une couple d’années, elle occupe un poste de responsabilité important dans une entreprise. Elle performe et se sent validée au travail. À la maison, tout est en fonction des enfants. On se relaie pour les activités, le transport, les travaux scolaires. Les soirs et week-ends sont en fonction de leurs activités. On se parle pour les enfants, les tâches mais… on ne se « voit » plus et on ne se parle plus vraiment de ce qui se passe intérieurement. On ne prend plus de temps pour se vivre en couple. La romance est finie.


Une histoire banale mais dramatique

Cette histoire est vraiment banale, connue et pourtant elle est si déchirante que ça m’a donné envie de vous en parler. Voici mon raisonnement: deux individus se rencontrent. Ils ont chacun leurs buts, leurs aspirations, leurs rêves. Ils deviennent en amour et décident de former un couple. Du coup, ils s’intéressent à l’autre, partagent de nouvelles activités et rencontrent de nouvelles personnes, acceptent des défis différents. Bref la vie s’agrandit et c’est enthousiasmant.
Et puis un enfant s’annonce et on devient une famille. On est charmé par ce petit être, on veut lui donner le meilleur. On s’émerveille au-dessus du berceau en se faisant  des yeux doux. C’est une nouvelle aventure qui débute et on est tout enthousiaste. Parfois d’autres enfants arrivent et on travaille d’autant plus fort pour coordonner et pour qu’ils ne manquent de rien.
Puis peu à peu, l’espace du couple s’érode et diminue tellement qu’il devient inexistant. Mais on se dit que c’est ce qu’il faut faire: la famille avant tout! Il faut tout sacrifier pour la famille.

On espère que le couple, par miracle, va survivre au temps….

Est-ce une erreur que d’oublier l’espace du couple?

Oui, c’est une erreur que d’oublier la pyramide sur laquelle était fondée la famille. La pyramide dont je parle est la suivante: individus, couple et finalement famille. Quand on oublie le couple, il ne reste que famille car les individus ne partagent plus leurs aspirations, leurs rêves, leurs espoirs pour eux-mêmes. Les enfants ressentent les effets de ce manque également car la base devient peu à peu inexistante. Ils perdent la richesse d’avoir un couple amoureux qui chemine à travers les âges, les bonheurs et les difficultés.
C’est un vide qui s’amplifie et finalement, un jour ou l’autre, on se retrouve à ressentir ce vide amoureux. Notre « amour » est devenu un parfait étranger. On ne voit plus que les défauts chez l’autre car depuis longtemps on n’a plus nourri cette estime et cette affection qu’on avait pour cette personne. Et il y a toutes les déceptions, les manques qui remontent à la surface. Ils nous font croire que cette relation est finie et qu’on est mieux de chercher ailleurs, à l’extérieur, un nouvel amour.
Alors oui, c’est une erreur que de tout sacrifier pour la famille. Si vous voulez continuer de grandir, gérez cette pyramide dans le bon ordre: individus, couple et finalement famille. Ainsi, vous n’allez pas vous retrouver à dire: je l’aime mais je ne suis plus amoureux/se!

Que faut-il faire?

Il est bien évident que votre couple est en dormance tout comme la nature l’est en hiver. Il faut faire revivre le printemps en attisant la flamme et en retrouvant les éléments qui vous unissaient au tout début.
  • Qu’est-ce-que vous aimiez faire ensemble?
  • Qu’est-ce-que vous faisiez pour lui démontrer votre amour?
  • À quand remonte votre dernière marque d’appréciation?
  • L’avez-vous accueilli aujourd’hui avec votre plus beau sourire?
Sachez qu’il est presque toujours possible de rallumer la flamme en commençant dès maintenant.

Une façon simple de garder votre relation bien vivante

Elle aime son mari mais n’est plus en amour

Elle veut rompre malgré le fait qu’ils ont 2 beaux enfants. Cette femme, que j’appellerai Danielle, aime bien son mari mais elle n’est plus en amour. Elle voudrait bien qu’il change! Il ne parle pas beaucoup et elle s’ennuie. C’est un bon père, il s’occupe bien des enfants, fait les devoirs avec eux, il cuisine….. mais il ne s’exprime pas beaucoup. Ils n’ont que très peu d’activités en commun sauf la gastronomie car ils aiment les bons restaurants. Elle pleure tout en parlant du désir de se séparer. Elle ne veut pas aller très loin car elle voudrait demeurer en contact quotidien.

A-t-elle vraiment envie d’une séparation?


Plutôt que de parler de séparation, je l’encourage à me parler d’elle et de ses aspirations. Je découvre qu’elle a envie de renouveau. Elle travaille dans le domaine des services et son poste est très demandant. Elle donne beaucoup de par ses fonctions. Il est donc bien évident qu’à son retour du travail, elle sent le besoin d’être à son tour nourrie (comme nos enfants qui rentrent de l’école après une longue journée). Au moment où elle rentre, il est en train de cuisiner le repas. Les devoirs sont faits. Il est également fatigué puisqu’il commence aux petites heures du matin. De plus, les enfants accaparent leur attention.

Que comprendre et que faire?

Lorsqu’on a des enfants en bas âge, que les deux époux travaillent, il est essentiel de prendre soin de la relation avec des choses très simples comme de petites attentions, des remarques nourrissantes et des rencontres à l’extérieur de la routine quotidienne. On trouve une bonne gardienne et on passe un après-midi à prendre une marche et à flâner. L’important c’est d’être ensemble sans agenda bien précis.
Je l’encourage également à partager avec son mari véritablement. Je l’invite à  ouvrir son coeur et à montrer sa tristesse face à l’éloignement qu’elle ressent. Peut-être qu’il aura le goût de s’impliquer dans une démarche pour resserrer les liens.
Je lui propose les conseils suivants pour qu’ils puissent se retrouver.

Des suggestions concrètes pour raviver la flamme:


  • L’achat d’un agenda pour y inscrire les r-v du couple. On laisse l’agenda à la vue et les r-v ne peuvent être annulés qu’en cas de force majeure.
  • Plusieurs fois par semaine, au moment du coucher le couple se garde un 10 minutes, sans télévision ou autre objet électronique, pour se parler, échanger ou tout simplement se coller.
  • Une fois par jour trouver le moyen de faire un compliment à son conjoint.
  • Lui exprimer de la gratitude et de l’admiration à quelques reprises au cours d’une semaine.
  • D’un commun accord, fermer le cellulaire pendant quelques heures les w-e pour juste être en famille.
Deux semaines plus tard, Danielle revenait dans mon bureau pour me dire que son mari avait été très accueillant face à ses propositions et que « miraculeusement » elle se sentait à nouveau amoureuse.
Les choses peuvent vite redevenir harmonieuses si on s’occupe de sa relation de façon quotidienne.

Un couple heureux qui dure, comment faire?

On s’aimera toujours

Charles et Valérie étaient follement amoureux l’un de l’autre. Dès le premier jour de leur rencontre, il leur semblait avoir trouvé « la bonne » personne! Ils parlaient pendant des heures, faisaient beaucoup de choses nouvelles, s’amusaient follement ensemble. Cette relation était vraiment différente de toutes les autres. Rapidement ils ont compris qu’ils étaient faits l’un pour l’autre. Le jour de leur mariage, ils ont dit « OUI » pour la vie avec conviction.


Quelques années plus tard

Cinq ans plus tard, rien ne va plus. Je les retrouve, assis chacun dans leur coin, l’air maussade, dans mon bureau. Ils se chicanent souvent et se sentent très loin du couple heureux qu’ils ont été. Ils sont tous deux très malheureux et se demandent comment faire pour retrouver l’harmonie des premières heures. Voici la liste respective de leurs plaintes:
Valérie: elle se sent flouée parce qu’elle ne retrouve plus l’homme qui lui offrait des fleurs, des petits cadeaux et qui passait des heures à jaser avec elle.
Charles: je n’en fais jamais assez me dit-il. J’ai toujours l’impression qu’elle n’apprécie pas tout ce que je fais autour et à l’extérieur de la maison. Elle ne me touche plus jamais, plus de tendresse, ni de gestes affectueux.
Après avoir écouté attentivement leurs plaintes, leurs colères et leurs déceptions, je leur offre de travailler sur leurs modes de communication. Ils décident de se donner du temps et acceptent de travailler ensemble.

Une erreur commune chez les couples

La majorité des gens, sinon la totalité, croient fermement que l’amour sera éternel et passera à travers les âges sans « entretien » et sans travail QUOTIDIEN! C’est vraiment une grave erreur car ainsi on risque de faire continuellement des compromis qui, un jour, vont tout faire sauter. Dès que l’on se rencontre, il faut commencer à bâtir la relation qui grandira sur le long terme.
Une première étape importante, consiste à apprendre une LANGUE AMOUREUSE de votre partenaire. Je m’explique!
Nous avons tous une ou deux façons de dire aux autres que nous les aimons. Ces « langages » sont souvent tributaires de la façon dont nous avons été élevés.
Selon, Gary Chapman, le grand spécialiste de la vie amoureuse, il existe cinq formes de langage amoureux.En général, il est très rare que deux individus partagent les mêmes langages. Même si vous manifestez votre amour à l’autre, il se peut très bien que votre partenaire ne saisisse pas ce mode et en conséquence, le message ne passe pas. Il faut donc apprendre et maîtriser  au moins une langue de votre partenaire si vous désirez qu’il se sente aimé. L’apprentissage du langage de l’autre peut être amusant mais cela demande des efforts et peut être perçu comme étant difficile.

Les 5 formes de langage amoureux

1-Les conversations de qualité
2- Les marques d’appréciation
3- Les petits cadeaux
4- Les services, petits et grands.
5- Le toucher et les gestes affectueux.
Je m’assure que  Valérie et Charles ont bien compris chacune des formes. Je leur propose de repartir à la maison et de répondre aux 2 questions suivantes. Je vous les soumets maintenant:
1- Nommez 3 choses qui font que vous vous sentez particulièrement aimé. Votre partenaire vous….
2- Lorsque vous voulez dire à votre partenaire que vous l’aimez, vous …… (nommez 3 choses que vous allez faire)

Je propose donc à ce jeune couple de garder pour eux leurs découvertes  mais de tenter de « communiquer » adéquatement dans une langue de leur partenaire afin qu’il se sente aimé à quelques reprises dans la semaine qui suit.
Et vous? Avez-vous deviné vos langues amoureuses? Et celle de votre partenaire ?

Que faut-il comprendre quand la motivation nous quitte?


« Je n’ai plus le goût. J’ai perdu l’élan et l’énergie pour accomplir ce travail. Je ne me sens plus en amour. Je suis triste, je suis fâché, j’ai peur… »

Vous êtes vous déjà senti perdu à un moment de votre vie? 




Quand on perd ses repères, ses façons de faire, ses liens aussi. Et que la motivation et la joie nous quittent. J’ai souvent accompagné les gens dans ces moments difficiles. Et au cours des dernières années, j’ai moi-même été confrontée à cette « panne de sens ».

Je désire aujourd’hui vous parler de transformation, puisque tout est TRANSFORMATION.

Vers la fin de 2011, j’ai réalisé que ma vitalité oscillait beaucoup de jour en jour. Certains jours, tout allait bien et à d’autres moments, ça n’allait pas du tout. Par exemple, je devenais de plus en plus préoccupée par le travail me sentant incapable de m’arrêter, de faire le vide et de vraiment me ressourcer. J’ai cherché à comprendre ce qui m’arrivait, à me reprendre et à utiliser tous mes outils pour venir à bout de cet état de déséquilibre. Ma transformation était commencée mais je ne faisais pas face. Je m’accrochais à ma vie telle que je la connaissais. 

La majorité des transformations dans nos vies semblent venir de l’extérieur: un congédiement, une maladie, une séparation ou un divorce, la maladie, bref, on n’a pas l’impression de l’avoir choisi cette transformation et même quand on a soi-même souhaité le changement, l’ampleur des sentiments surprend et bouleverse. Ces moments sont perçus comme menaçants et sont déstabilisants. On a l’impression d’avoir le pied dans les airs et de ne pas savoir où il va retomber. Pour ma part, j’avais carrément l’impression d’être une tortue retournée sur le dos et qui regarde la vie à l’envers. Comme le pilote qui ne voit rien et qui dirige son avion aux instruments, je savais que la terre était là mais j’avais perdu la majorité de mes points de repère. Ces moments peuvent être très souffrants! 

Thich Nhat Hanh nous enseigne que : « Si nous ne souffrons pas, il ne peut y avoir aucune raison ni impulsion pour développer la compréhension et la compassion…. Nous devons apprendre à reconnaître la souffrance et même à l’embrasser car notre conscience de la souffrance nous aide à mûrir » (Le silence qui guérit). 

Ces moments donnent naissance à une partie de nous qui était restée enfouie jusque là… Marianne Williamson nous apprend qu’il est impossible, avec nos yeux, de voir les changements, les leçons que l’on reçoit, car le voyage de notre âme est beaucoup plus complexe que ce que nos sens physiques peuvent percevoir. Croître, c’est toujours devenir les hommes et les femmes que nous avons la potentialité d’être. Aimants, purs, honnêtes, clairs » (Un retour à l’amour p. 253). 

Mon seul point de repère était que la vie est toujours en évolution vers un plus grand bien… même si j’avais l’impression de ne naviguer qu’aux instruments. Je ne voyais rien. Il a fallu que je m’arrête et que je prenne le temps. D’ailleurs, je prends encore mon temps ayant perdu le rythme rapide auquel je fonctionnais. L’enfant que j’étais est revenue à la surface. Elle aimait prendre son temps et j’avais complètement oublié cela. 

Dans ces transformations, il nous faut cultiver les 2 qualités suivantes en premier: la patience et la confiance. Quand on les perd, on demande à un/e ami/e (qui est au courant de notre situation et qui n’a pas peur d’être là) de nous le rappeler. Il est essentiel d’avoir des refuges sécurisants où ces amis/es nous tiennent la main pendant que l’orage passe. 

Voici quelques autres outils qui sont essentiels dans ces passages: un bon thérapeute, des amis/es qui savent écouter, de l’exercice physique, du yoga et de la méditation ainsi que des lectures spirituelles, du travail énergétique. Il existe une panoplie d’autres outils que je ne nommerai pas car chacun a besoin de trouver les siens. 


En bref, disons qu’il est important de voir tout cela comme un processus évolutif, qu’il ne sert à rien de vouloir faire naître le papillon avant qu’il ne soit prêt et qu’au bout du tunnel, la vie sera encore plus grande. Par ma contribution à cette conscience, j’aide à faire évoluer l’humanité.

Lise Lareau

Croyez-vous que le Yoga est une séance d’exercice?

Depuis que le yoga est devenu populaire et très à la mode, plusieurs sortes de pratiques ont fait leur apparition: 
Hatha-Yoga, Ashtanga, Bikram, Moksha pour n’en nommer que quelques-unes. 
Il existe même une formule, dans certaines grandes villes, où l’on pratique nu! Un néophyte doit certainement avoir de la difficulté à s’y retrouver et surtout à choisir. 

Tout ce mouvement en faveur du yoga est absolument enthousiasmant et démontre à quel point les gens ressentent le besoin de contrebalancer le stress de la vie quotidienne d’aujourd’hui. 

Mais attention! Ne confondez pas yoga et simple exercice.

On peut pratiquer les différents Asanas (postures) sans nécessairement avoir déclenché le processus d’union auquel nous invite le yoga. 



Yoga veut en effet dire UNION car son véritable but est d’amener l’âme individuelle à s’unir avec la pure conscience i.e. l’Absolu.

Je m’explique! L’être humain a la perception qu’il est « seul » et séparé des autres. Il se sent différent de tout ce qui l’entoure. C’est une illusion tenace qui le rend inquiet, vulnérable et impuissant. La médecine dite moderne pousse cette façon d’être en le voyant comme un tout divisible en différentes spécialités. Les médecines « anciennes » voyaient l’homme comme partie intégrante de son environnement et le traitait comme faisant parti de cet ensemble. Avec le yoga, on retrouve cette union du corps, du mental et du spirituel. C’est une science complète de la vie et c’est la plus vieille.  
En joignant, par le souffle (l’ancre royale), le corps et l’esprit, l’individu apprend à maîtriser les tensions aux niveaux physique, mental et spirituel. 

Vous voulez en retirer tous les bénéfices?

Pour dépasser le simple exercice et devenir un yogi, 3 éléments sont essentiels: 
  • Premièrement, le souffle (fluide et constant)
  • Deuxièmement, l’observation ou la conscience qui accueille ce qui est
  • Le dernier élément est la posture

En d’autres termes, vous pouvez faire du yoga en étant tout simplement debout en train de regarder un arbre tout en respirant et en observant ce qui se déroule à l’intérieur et autour de vous. 

Au fur et à mesure que l’on pratique le yoga avec constance, on tonifie le corps, on apaise le mental et on commence à ressentir la paix intérieure qui est notre véritable nature. En d’autres termes, le yoga commence avec le corps, mais son but véritable est de le transcender. 


Venez me rejoindre tous les mardis et jeudis matins, entre 6h45 et 7h20, dans le confort de votre foyer, pour vivre cette grande aventure pleine de découvertes. 

Yoga-Zen Fit en direct sur votre écran vous attend. C’est avec plaisir que je vous guiderai.



J'ai le droit à ce que la vie m'offre de plus beau

« Je veux me libérer du besoin de me sous-estimer. J’ai droit à ce que la vie m’offre de plus beau et je m’autorise à l’accepter. »

Ces paroles sont de Louise Hay et pour la majorité d’entre-nous elles sont significatives dans un domaine ou dans un autre. Au moment où j’écris ces lignes, je repense à plusieurs personnes que j’ai croisées dans ma pratique professionnelle. Ces personnes ont eu le courage de faire un important « lâcher-prise » pour aller davantage dans leur rêve. Elles ont décidé d’avoir « droit à ce que la vie offre de plus beau » et de plonger dans une vie qui s’aligne avec leur essence. 

Je repense entre autres à Hélène qui « vivotait » dans des postes d’adjointe administrative et qui n’aimait absolument pas son travail. Résultat: elle était toujours en retard et perdait souvent ses emplois. Un jour, son professeur de yoga lui suggéra de s’engager dans la voie de l’enseignement du yoga. Hélène fut d’abord surprise puis intéressée, mais elle hésitait de peur de perdre ce qui lui apportait une forme de sécurité. Avec un peu d’aide, elle a finalement décidé de s’abandonner et de suivre cette voie. Aujourd’hui, plus de 2 décennies plus tard, elle s’épanouit et gagne bien sa vie comme professeur de yoga.

Beaucoup de personnes qui font appel à nos services sont confrontés à des situations qui les forcent à opérer des changements importants dans leur vie. 

Une séparation, la maladie, une perte d’emploi, un accident, du harcèlement psychologique au travail… voilà autant de situations qui forcent les gens à reprendre contact intérieurement avec leurs besoins et désirs plus profonds pour pouvoir avancer dans une direction différente. 

Ces passages sont dérangeants, difficiles. Ils créent de l’insécurité. Chaque fois, je pense à la chenille qui doit passer par l’étape de la chrysalide pour pouvoir se transformer et devenir un magnifique papillon. Ces passages demandent du temps, du support, un lâcher-prise. 
Partout autour de nous dans la nature, nous retrouvons ces passages vers le renouveau. En ce moment même les arbres semblent en dormance et pourtant le travail se fait à l’intérieur pour que d’ici quelques mois, les bourgeons apparaissent. Il en est de même pour l’être humain: il est important d’aller à l’intérieur pour écouter et ressentir la voie à suivre. 




Au Centre de Consultation, nous offrons un w.e. tout à fait spécial fin janvier, pour vous permettre de vous intérioriser et d’entendre à nouveau la voie que votre coeur veut suivre. Venez vivre ce w.e. avec nous et nous saurons soutenir l’énergie qui vous permettra d’aller vers vos rêves!

"Je ne veux plus aller à l'école" à 15 ans?

Olivier est un bel adolescent de 15 ans. Il n’a jamais été un fanatique de l’école, mais il a toujours bien réussi. Il sait ce qu’il veut devenir depuis un certain temps et pour y arriver il doit étudier encore quelques années. 

Mais voilà… L’an dernier, dans l’autobus scolaire, il a subi de l’intimidation à répétition. Olivier a répondu de façon adéquate. Il n’a pas eu de gestes agressifs. Il a rapporté la situation à la direction de l’école. Ses parents sont allés rencontrer la direction et les intervenants. Ils ont même rencontré les autres garçons ainsi que les parents de ces jeunes. Malheureusement, l’intimidation s’est poursuivie tout au long de l’année malgré les nombreuses démarches des parents. Olivier s’est accroché tant bien que mal.


Que croyez-vous qu’une tension ou un état de stress comme celui-là engendre? 

Quelles sont les conséquences pour un enfant ou pour un adulte? 

On peut très bien en constater les effets chez ce jeune homme: Olivier a perdu peu à peu son intérêt pour l’école au point d’avoir envie d’abandonner. La démotivation a gagné tous les autres aspects de sa vie jusqu’à ne plus vouloir se lever le matin. Ses parents l’entourent et veulent l’aider par tous les moyens. 
En plus de leur support et de leur encouragement, Olivier a consulté Jocelyne Harvey qui l’a aidé à gérer son stress, à trouver des pistes de solution, à renforcer son estime de soi et à soutenir son niveau d’énergie grâce aux traitements Bowen. 


La perte de motivation, un symptôme de stress chronique

En revoyant Olivier en ce début de nouvelle année scolaire, elle a constaté l’état de démotivation dans lequel il était et a vite compris qu’il fallait désensibiliser les « mémoires » liées à l’intimidation qui ont finalement créé cet état de stress devenu chronique. 

Une 1ère session en IMO (Intégration avec les Mouvements Oculaires) avec Lise Lareau a déjà permis à Olivier de retrouver son élan, son énergie et de l’intérêt pour ses activités. 

Une session en IMO libère les encodages enregistrés dans le cerveau suite aux différents événements de la vie, récents ou anciens, permettant à la personne de littéralement en effacer les conséquences.

Voici le témoignage de la mère d’Olivier:

« Depuis le traitement en IMO, il est en feu! Ça fait longtemps que nous ne l’avons pas vu tant de bonne humeur. Il en est même épuisant à certains moments.
Il s’est laissé un Post-it sur son sac d’école pour ne pas oublier son devoir de français… il n’a jamais fait ça!
Il est de retour au karaté après 4 ans d’absence. Il a été accueilli à bras ouverts par les instructeurs et fera le programme d’assistant instructeur. Il y avait même des enfants qui étaient présents qui l’ont reconnu et ils étaient contents de le revoir. Tout un « boost » de confiance!
Merci encore une fois pour votre excellent travail! »

Au Centre de Consultation-Scénergie nous travaillons en équipe pour vous offrir un large éventail de moyens afin de vous aider à mieux gérer votre stress et à retrouver votre vitalité!


Voici le tableau des symptômes de stress chronique offert dans Passeport santé :


Les symptômes physiques
Les symptômes émotionnels et mentaux
Les symptômes comportementaux

- les tensions musculaires
- les problèmes digestifs
- les problèmes de sommeil ou d'appétit
- les maux de tête
- les vertiges
- le souffle court
- la fatigue

- l'agitation
- l'irritation
- l'indécision
- l'inquiétude
- l'anxiété
- le manque de joie
- la mélancolie
- la baisse de libido
- la difficulté à se concentrer
- la faible estime de soi

- la perception négative de la réalité
- la désorganisation
- plus de difficulté dans les relations
- l'absentéisme
- la tendance à s'isoler
- l'abus de télévision
- la consommation accrue de tabac, de caféine, de sucre, de chocolat, d'alcool, de drogues
- l'évitement des situations exigeantes


Voici un site à consulter si vous croyez votre enfant victime d’intimidation :

L’intimidation et la loi: ce qu’il faut savoir


Revenir vers SOI, quand tout s'effondre


J'avais 34 ans. Je vivais en couple depuis 4 ans. J'étais directrice-adjointe dans un centre de services sociaux. Je m'étais acheté une jolie maison. Mon conjoint et moi étions tous deux très occupés dans nos carrières. Nous avions quelques bons amis…. 
Tout allait bien jusqu'à ce que plusieurs événements se bousculent dans ma vie sur une courte période: une grève de nos employés, la mort accidentelle d'une de mes employées, travailleuse sociale et religieuse (un pilier dans l'équipe de travail), un syndicat qui se faisait menaçant et pour s'ajouter, une rupture amoureuse sur le plan personnel. 
Bref, en l'espace de quelques mois, tout mon univers a basculé et je me suis retrouvée ébranlée, apeurée, triste. 

En cherchant de l'aide, j'ai retrouvé le yoga (j'en avais brièvement fait à l'université). Grâce à une amie, j'ai trouvé du réconfort avec le massage.  Puis, avec le yoga vint la méditation, le Shiatsu, la Programmation Neuro-Linguistique (PNL). J'ai tout doucement approché une autre façon de comprendre la vie et mon corps.

Je me suis sentie appelée par "quelque chose" de plus intérieur. J'ai cherché une personne, un groupe qui m'aurait aidé à m'écouter intérieurement, à découvrir mon intuition afin de me redonner confiance car je me sentais vraiment perdue. Ma vie amoureuse et ma vie professionnelle s'effondraient! 
Malheureusement, je n'ai rien trouvé de ce type et ma route vers la récupération a été assez longue et je dirais cahoteuse. 

Au Centre de Consultation-Scénergie, nous allons offrir, au cours de la prochaine année, un groupe pour des personnes qui rêvent de se découvrir, d'apprendre à écouter leur voix intérieure, de développer leur intuition, d'apprendre à s'équilibrer au quotidien, de prendre des décisions éclairées, de faire des choix en accord avec leurs besoins profonds. 

Grâce à notre longue et solide expérience et à celle de nos proches collaborateurs, vous pourrez cheminer à votre rythme, tout en étant encadré par une équipe de professionnels qui mettront non seulement leur expérience mais également toutes leurs connaissances à votre service.

Savez-vous créer les miracles?

Petite fille je croyais aux miracles. Les religieuses aimaient bien nous raconter toutes sortes d'histoires où on parlait des miracles. Je n'ai jamais douté de leur parole… jusqu'au jour où, ayant fait une maille dans ma nouvelle paire de bas de "grande", de peur de me faire gronder j'ai prié Dieu pour qu'un miracle arrive, mais rien ne s'est passé. Je me suis fait chicaner par ma mère d'avoir brisé mes bas la toute première journée où je les portais. À partir de ce jour là j'ai cessé de croire aux miracles, jusqu'à ces dernières années. 
Maintenant j'y crois plus que jamais et avec une foi si différente que celle de la petite fille qui avait peur de se faire chicaner. J'ai plutôt tendance à les appeler synchronicité, actualisation de désirs ou réalisation d'intentions. Ce sont cependant de véritables miracles. Il y en a des petits et des grands. Ma recette pour les réaliser a changé. Je m'adresse à tout ce qui est immatériel, i.e à ce que je ne vois pas avec mes yeux mais avec mon coeur. 

Une américaine nommée Marie Schimoff, Ph D en psychologie et enseignante à l'université Walden a réveillé mon intérêt pour les "miracles" lorsque je l'ai entendue dernièrement dans une conférence. Cela fait également parti de la nouvelle psychologie que l'on appelle "positive". Jusqu'à ce jour, la psychologie s'est beaucoup concentrée sur le négatif plutôt que sur le positif. Cependant, nous sommes fondamentalement faits pour vivre du bonheur alors comment faire pour y accéder? On nous propose un bonheur profond et véritable qui n'a rien à voir avec la possession d'objets…. Un bonheur que l'on crée à partir de notre contact avec l'être divin que nous sommes et que nous ignorons depuis trop longtemps. 

Dr Schimoff  propose sa façon de créer les miracles dans nos vies à partir de notre âme et non à partir de l'ego. La différence? Dans la zone de l'ego, nos désirs font en sorte que nous sommes tendus parce qu'il faut retenir ces désirs et ne pas les perdre. Dans la zone de l'âme, nos désirs créent de la joie, du plaisir et une plus grande connexion avec soi. 

Voici un exemple: mon désir est de perdre 10 kg. Dans la zone de l'ego, cela me pousse à me mettre à une diète rapide pour pouvoir plaire davantage, mettre la paire de jeans ou le maillot qui va impressionner. 
Si je transforme ce désir dans la zone de l'âme, je désire perdre ce poids parce que j'ai le désir de m'occuper de moi et de ce corps que j'habite au cours de cette vie, j'ai envie de bien respirer, de manger sainement et de me sentir en santé et de vieillir avec mes meilleures capacités jusqu'à la dernière minute. 
Je ferai donc cette démarche tout doucement avec ces valeurs et je n'aurai aucun désir de me mettre à la diète. Je prendrai plutôt les moyens pour mieux manger, faire de l'exercice, prendre soin de moi… Voyez comme c'est différent. De cette façon, mon désir est relié avec mon être profond et j'apprends à m'aimer davantage chaque jour. J'attire ainsi dans ma vie du bonheur puis de l'amour et plus j'arrive à m'aimer et à vivre avec mes désirs dans la zone de l'âme, plus j'attire à moi les miracles. C'est simple mais il fallait y penser. 

Alors je vous propose pour la Nouvelle Année 2015, d'écrire vos 5 désirs les plus intenses tels que vous les pensez maintenant et de les transformer ensuite en les reformulant pour qu'ils soient dans la zone de l'âme. Essayez c'est passionnant et cela change tout!


Ancrez ces désirs encore plus profondément en vous joignant à nous pour notre super w-e de janvier sur la réalisation de vos rêves en 2015. Notre équipe sera présente pour vous permettre de dépasser ce qui fait obstacle à ces petits et grand miracles de votre vie! Du 23 au 25 janvier à Montréal.

Mon secret pour connaître le bonheur?

Vendredi après-midi: il fait froid dehors, ça sent la neige. Le soleil danse dans la pièce où je suis installée avec ma tisane préférée, mon chien dort à mes côtés et le concerto d'Aranjuez de Joaquim Rodrigo joue. Tout est parfait. Le plus merveilleux c'est qu'intérieurement je me sens en parfaite harmonie avec mon décor. Chez moi, intérieurement, paix et joie sont présentes. Elles sont de plus en plus ancrées dans mon quotidien. 
Non, je n'ai pas gagné un gros montant à la loto, je ne suis pas en vacances dans un paradis idyllique, je n'ai pas fumé d'herbe. Cet état est le résultat du travail que je fais pour concrétiser mes désirs les plus profonds i.e. vivre au quotidien, travailler et me réaliser pleinement à partir de cette paix et de cette joie intérieures.

Il m'a fallu du temps pour "épurer" toutes les couches qui cachaient cette véritable aspiration de mon âme. J'en ai vécu des : lorsque j'aurai ce travail, quand j'aurai une belle taille, telle forme physique, une relation amoureuse épanouissante, quand … quand … quand …. Après toutes ces années, je pense avoir découvert le secret qui amène le véritable bonheur dans nos vies. J'ai envie de le partager ici. Le voici: pour réussir à réaliser nos rêves, il est essentiel que ces désirs soient en connexion directe avec notre être le plus profond, notre "Soi" et non attachés à l'extérieur, aux autres, à leur regard, à leur opinion. Les rêves qui sont dans la zone de l'égo procurent un bonheur éphémère et peu profond; une fois obtenus, ils sont vite remplacés par d'autres et encore d'autres. C'est sans fin. Ils nous donnent l'illusion d'avoir obtenu ce qui  va nous rendre heureux mais ils produisent une contraction et exigent de l'effort.  Nous pouvons les perdre à tout instant.

Par contre, les rêves de la zone du "Soi" profond s'attachent à l'être et procurent un bonheur durable, profond, Quand on les touche, ils favorisent une expansion, une joie, du plaisir et un sens plus grand de connexion avec la vie.Une fois installés à l'intérieur de nous, personne ne sera en mesure de nous les voler. Ils nous appartiennent de façon intrinsèque. "100 fois sur le métier remettez votre ouvrage" dit le dicton et c'est vrai car cela demande d'être guidé pour vraiment arriver à toucher nos véritables rêves. Vous voulez en apprendre davantage? Vous voulez avoir des Guides pour vous aider à cheminer à travers les dédales de votre égo? Inscrivez-vous à notre w-e de janvier ( les 23, 24 et 25 janvier prochain). C'est le w-e chouchou du Centre de Consultation puisque notre équipe sera présente et en profitera pour vous aider à vous propulser dans la zone du "SOI". 

Continuez votre périple en vous joignant à nous au Spa Eastman pour un séjour à la fin de juin (Du 25 au 28 inclusivement). Ce happening  de 4 jours réserve toujours de belles et grandes surprises aux participants qui font le vide pour entendre la voix de leur désir intérieur, cette voix venant du coeur et menant tout droit aux miracles et au bonheur.

Faire face aux passages de la vie


Le printemps est arrivé et nous allons tous retrouver les beaux cônes oranges signifiant qu'il y a des réparations sur la route. Il faudra attendre ou faire un assez bon détour. Personne n'aime ça et cela ne donne rien de se révolter. Il faut prendre notre mal en patience et occuper notre esprit à regarder le paysage ou encore mieux juste respirer et attendre aussi sereinement que possible. 

Cette sérénité vous aurez également besoin de la cultiver dans votre vie. Bien des événements viendront vous déstabiliser et exercer votre patience. Une mise à pied, un changement de travail, une difficulté importante avec votre conjoint, une relation qui se brise, un enfant malade ou perturbé, un parent en difficulté, un problème de santé majeur, un passage de la vie... Toutes ces situations vous déstabiliseront. Que faut-il faire? Dans un premier temps, il faut faire comme à bord de la voiture; respirer et garder son calme autant que possible. Il faut se rappeler que tout passe dans la vie, les bonheurs comme les malheurs. 

Mon propos d'aujourd'hui concerne les passages de la vie. Pour comprendre l'ampleur d'un passage, il suffit de regarder un adolescent. Tout chez lui se transforme. Le corps s'allonge, les membres deviennent disproportionnés, les formes se développent, la voix se modifie, la peau du visage change et que dire des changements internes. Soudainement, on ne les reconnaît plus et ils ne se reconnaissent plus. Ça ressemble vraiment à un tremblement de terre et le processus prend quelques années où la personne se sent littéralement brassée sans trop savoir comment se fera l'atterrissage. C'est un réel passage! 

L'être humain vit plusieurs passages au cours de sa vie. Certains secouent beaucoup plus que d'autres. En fait, tout est cyclique en nous et autour de nous. Les arbres naissent, grandissent, vieillissent et meurent. Nos glandes changent tout au cours de notre vie provoquant des changements importants à certaines étapes. Comment faut-il aborder ces passages? En restant calme, en respirant et en s'accueillant. Cela a l'air si simple, mais comme nous sommes des animaux d'habitude, cela devient compliqué de s'abandonner et de lâcher prise complètement. Parmi toutes les voies pour se détendre dans ces moments, l'écoute de soi est primordiale. Accueillir ce qui vient de l'intérieur, entendre, ressentir et s'accepter inconditionnellement. Il peut être bon également de se rassurer. Cette attitude favorisera la détente et la transformation. 

Une personne que j'apprécie particulièrement vous dirait: il faut s'asseoir dedans! À partir de cette décision d'être avec soi et d'avancer dans le changement, on peut commencer à créer pour libérer la tension et permettre à l'expression de l'âme de surgir. On ne parle pas de grand oeuvre ici, mais juste une expression de ce qui se manifeste: dessins, collage, écriture, poésie, créer de la musique ou un arrangement floral... ou un mélange de tout ceci et d'autres choses. Créer! 

Dans ces périodes, les peurs qui montent peuvent être redoutables, car tout notre être s'accroche à ce qu'il connaît. Je reprends ici un passage du livre de Gail Sheehy, journaliste, sur le passage qui l'a amenée à écrire son livre sur les passages de la vie: "... ma personnalité était en train d'éclater d'un seul coup. J'étais sur le point de quitter le monde et la fille que je croyais avoir été, une fille aimante, généreuse, audacieuse et pleine d'ambition, lancée dans un monde intelligent et humain, voilà que plus rien ne subsistait. Je voyais tout en noir! Des peurs insurmontables m'envahissaient: je vais perdre le contrôle de moi-même et de toutes mes facultés... Je ne serai plus moi-même... Je vais devenir une vieille femme exécrable". (Gail Sheehy Les passages de la vie). En traversant cette crise, Gail Sheehy commence à interroger son entourage et découvre que des "tournants jalonnaient la vie des personnes interrogées". 

Poussant plus loin, elle s'aperçoit que personne n'a étudié les crises de la vie adulte alors que celles de l'enfance ont parfaitement été décrites par le psychologue américain Arnold Gesell et Benjamin Spock, le pédiatre si connu. En interrogeant des milliers de personnes et en étudiant, à travers le temps, des personnalités qui semblaient avoir atteint le bonheur, Mme Sheehy a découvert les facteurs intérieurs et extérieurs qui jalonnent les 8 passages de notre vie adulte. À chacune de ces étapes, il faut "rajuster" les 2 aspects intérieur et extérieur de l'être. Elle donne 3 questions auxquelles il faut répondre au cours de ces passages pour vivre le changement jusqu'au bout. 
Les voici: "Dans quelle mesure mes buts, mes valeurs et mes aspirations sont-ils enrichis ou appauvris pas mon style de vie actuel? 
Quelle partie de ma personnalité puis-je faire entrer en jeu, et à quoi dois-je renoncer? 
Qu'est-ce que je pense de ma façon de vivre dans le monde, et à quoi rime tout ce que je fais?" 
(Gail Sheehy Franchir les obstacles de la vie). 

À chacun de ces passages, nous risquons d'être stupéfait de réaliser que l'identité jugée valable lors de la phase précédente est devenue trop étroite et que nous avons besoin d'élargir notre vie et nos horizons. 

En terminant, je reprends les paroles de Thich Nhat Hanh: Sans souffrance nous ne pouvons grandir! 

Une dernière recommandation pour alléger les difficultés dans ces moments: recherchez des thérapeutes aguerris qui vous aideront non seulement à exprimer ce que vous vivez, mais qui vous permettront aussi de découvrir les parties de votre être qui sont prêtes à émerger de l'inconscient. 

Comme le disait encore hier une participante à un de nos ateliers: "ces moments vécus en Scénergie me propulsent toujours bien au-delà de ce que je voyais moi-même".

La gratitude source d'abondance

Avez-vous lu le dernier texte du blog de Mylène Paquette? 
Cette femme vient de traverser l'Atlantique à la rame dans une toute petite embarcation qui fait penser à une coquille de noix sur cet immense océan. Je voudrais vous en citer quelques extraits parce qu'on y ressent toute la profondeur de son expérience. On entend les moments de peur et on glisse avec elle vers l'amour. Sa vie ne sera plus jamais la même et pas seulement en raison de l'effort physique, émotif et psychologique que représente ce périple mais surtout parce que la beauté de cet univers s'est imprégnée en elle. 

Elle parle à la mer :
"J'ai eu peur de toi plus d'une fois. Maintenant que je t'aime à ce point, j'ai beaucoup plus peur pour toi que pour ma petite personne bien limitée... De mon côté, je te promets d'être toujours loyale, de leur parler de toi en bien et de louanger ta beauté, ta discipline, tes couleurs et surtout tes habitants. Je leur parlerai de toi, je leur dirai à quel point tu es belle, à quel point on ne se soucie pas assez de ton destin. Je leur dirai que les oiseaux m'ont fait la cour à tous les jours et que ton silence peut faire jaillir les plus vieux souvenirs ensevelis aux confins de nos esprits." 

On sent chez Mylène Paquette ce que j'oserais appeler une expérience mystique. Peu d'entre nous vivront une aventure aussi intense et pourtant, ne serait-il pas possible de nous émerveiller devant un arbre? une fleur? un enfant? un animal? Ne serait-il pas important de nous confondre en gratitude devant tout ce qui nous est donné sans que nous ayons à travailler pour en jouir ? Je pense à nos deux bras, nos jambes, notre cerveau capable d'apprendre, à cette merveille qu'est notre corps. 
Swâmi Muktânanda dans son livre De l'Éveil à l'Infini nous dit :" Ce corps que vous avez reçu est un don difficile à obtenir, c'est une Lamborghini spirituelle". 

Pourquoi attendre de faire quelque chose d'aussi grandiose. Pourquoi ne pas tout de suite commencer à souligner notre gratitude pour ce que nous sommes et ce qui nous entoure. 
Avec la période des Fêtes qui approche, profitez de ce temps pour exprimer votre gratitude aux gens qui vous entourent au lieu de leur offrir un cadeau acheté. Offrez ce qui vient de votre coeur. Ce présent continuera de croître à l'intérieur de la personne à qui vous l'aurez offert. Le plus magnifique c'est que ce cadeau de coeur vous enrichira aussi. La gratitude est la source de l'abondance.

Recevoir

Les vacances sont déjà finies. Le temps a passé bien vite. J'ai l'impression de les avoir dégustées à petites bouchées, parfois minute par minute. Il n'y a rien eu d'extraordinaire et c'est ce qui fait que c'était si formidable. Rien de bien spécial mais la capacité de recevoir. Depuis quelque temps déjà, des mois en fait, je cultive cette qualité de m'ouvrir à recevoir les cadeaux que la vie m'offre. Par exemple, une amie vient m'aider à désherber mes platebandes, ou m'offre une maisonnette à la campagne pour me ressourcer, un petit séjour à la mer...

Recevoir dans son sens étymologique veut dire: être mis en possession de, accepter, accueillir ce qui a été transmis, envoyé ou donné.
Recevoir, ce mot résonne à mes oreilles de façon très douce maintenant et il y a de moins en moins d'interférence. Cela n'a pas toujours été ainsi. Il y a encore peu de temps si on me faisait un compliment sur un vêtement, je m'empressais de dire que c'était du "vieux". Si on me donnait quelque chose qui me faisait vraiment plaisir, je devais trouver le moyen de redonner en échange pour être juste !?
Cette lacune à accueillir affecte beaucoup de mes contemporains. Je le remarque souvent. Généralement, les individus qui donnent beaucoup savent peu recevoir. Êtes-vous de ceux-là ? Observons ce qui se passe lorsque vous donnez un compliment, un service ou un présent. Si la personne reçoit et accueille votre cadeau, cela vous comble n'est-ce-pas ? Du coup, votre coeur s'ouvre encore davantage et votre énergie est plus grande. Qu'arrive-t-il si c'est le contraire qui se produite ? Votre énergie retombe.


La logique nous montre qu'il est important de recevoir et ce tous les jours que nous vivons. Apprenons à recevoir, à accueillir les cadeaux que la vie nous fait et notre énergie en sera décuplée. Au bout d'un certain temps, les vrais miracles commencent à arriver. On se sent comblé et les cadeaux sont de plus en plus abondants. 

La quête de sens

Je m'appelle Marie, je suis au début de la trentaine, j'ai une belle profession qui me permet de gagner beaucoup d'argent, j'ai beaucoup d'amies, j'ai une bonne éducation et des parents aimants... Bref, je suis une jeune femme sans problème et pourtant je pleure et je ne suis jamais satisfaite ! Qu'est-ce qui ne va pas ?

Je suis un homme de 29 ans, d'assez belle apparence. Je viens de mettre fin, d'un commun accord avec ma conjointe, à une relation de 4 ans. Auparavant, j'ai aussi eu des relations qui n'allaient pas bien. Je suis malheureux. Je n'ai pas vraiment le goût de travailler. Je rêve d'être riche. Je n'ai pas de passion. Je suis sans but. Je cherche sans trop savoir ce que je cherche. Qu'est ce qui ne va pas avec moi ?

Ce que ces 2 personnes ont en commun, je le retrouve très fréquemment ces dernières années dans ma pratique. Qu'ont-elles en commun ? L'absence d'un sens à leur vie. Il y a 50 ans, tout semblait plus facile à ce chapitre puisqu'on vivait à l'intérieur d'une société où la religion encadrait tout et donnait réponse à tout, du moins pour une grande majorité. Pour d'autres, il s'agissait d'amasser des biens ou des titres, de gravir l'échelle sociale ou d'accumuler des conquêtes. C'était leur réponse.

Comment fait-on pour trouver la réponse ?
Devrions-nous tous partir et faire le chemin de Compostelle ou faire comme l'auteure de "Eat, Pray, Love" et partir pour une Ashram en Inde ?
Ma réponse c'est oui ! Chacun à notre façon, nous devons partir à la découverte de nous-même pour d'abord guérir nos blessures intérieures et enfin éprouver de la compassion pour ce petit être apeuré et vulnérable qui se terre au fond de nous-même. C'est en faisant cette démarche d'apprentissage de l'amour de soi qu'on arrive à éprouver un sentiment d'appartenance et à trouver enfin sa place ici bas.


C'est dans l'optique de pouvoir offrir un environnement inspirant et épanouissant à chaque personne, qu'à chaque année, au Centre de Consultation-Scénergie, nous offrons une semaine à la campagne où les participants, encadrés pas une équipe chevronnée, peuvent plonger à l'intérieur d'eux-mêmes pour ressentir le sens de leur vie. Vous êtes les bienvenus sur ce chemin de Compostelle !

Le secret des couples heureux


Comment traitez-vous votre conjoint-e? Bien, peut-être même très bien selon vous… mais quelle réponse obtiendrais-je si je lui posais la question suivante: "Sur une échelle de 0 à 10, à combien se chiffre votre banque d'amour?" Il est fort possible que vous ayez une mauvais surprise en entendant la réponse. Vous avez pourtant l'impression de lui témoigner votre amour! Alors, où est le problème? Selon le Dr John Gottman, professeur à l'Université de Washington, il est possible de prévoir à 94% les couples heureux et ceux qui, malheureux, divorceront dans les 4 ans. Quelle est la clé que possèdent les couples heureux? 

Le premier élément réside dans le fait que ces couples ne se prennent jamais pour acquis et qu'ils se témoignent l'un envers l'autre 5 fois plus d'attentions positives que les autres. Ils investissent dans leur relation de façon quotidienne (oui à tous les jours!). J'ai autour de moi, plusieurs beaux exemples de couples qui perdurent depuis plus de 20 ans et même 25 ans. 

Quand je rencontre les parents lors des thérapies pour la famille, je peux prédire très souvent  ceux qui vont subir le passage du temps avec succès. N'allez pas croire que ces relations sont sans histoire. Il leur arrive aussi de vivre des crises mais comme ils ont pris l'habitude quotidienne de faire leurs "devoirs", ils ont développé leurs outils et sont très bien entraînés. Au fil des jours, ces couples ont accumulé des "points" c'est-à-dire qu'ils ont développé des compétences en matière de communication. Ils connaissent leurs limites, ont cultivé admiration et respect l'un envers l'autre. Ce sont des individus qui évitent de blesser avec des paroles désobligeantes même au moment des conflits, car ils savent que détruire l'autre veut dire détruire le couple. Dans leur quotidien, ils travaillent sur la flexibilité, la tolérance, le générosité et lors des crises entre eux, ils savent pardonner. 

À toutes ces bases, il faut en ajouter une dernière: le langage amoureux. Connaissez-vous votre forme de langage en amour? Ou mieux encore, quelle langue parle votre partenaire? Dans ce domaine c'est exactement comme si vous vous exprimiez en français et votre compagnon en russe ou en bulgare. Que feriez-vous alors? Apprendre l'autre langue n'est-ce-pas! En amour, c'est exactement la même chose. Si vous vous exprimez dans des langues différentes, vous risquez d'avoir un réservoir émotionnel déficient. Cependant, rassurez-vous! Il est possible d'apprendre quel est votre langage amoureux et de détecter celui de votre conjoint-e. Pour vous mettre l'eau à la bouche, passez au truc du mois. Je vous donne quelques pistes des formes de langage. 
Cependant, si vous désirez vraiment améliorer vote relation de couple, inscrivez-vous aux 4 ateliers "Pour une vie de couple RÉUSSIE" avec votre partenaire. Vous en ressortirez nettement gagnants.

Ne manquez pas notre GRAND SPÉCIAL DE PROMOTION pour l'atelier de mai 2013 !

Réaliser ses rêves


Pour bien vous faire comprendre l'importance d'une certaine planification en ce début d'année, j'aime utiliser la métaphore suivante: lorsque vous décidez d'aller à Québec, en provenance de Montréal, vous allez utiliser l'avion, le train ou la voiture. Dans ce dernier cas, il faudra que vous empruntiez la 20 ou la 40 et vous roulerez aux environs de 3 heures. Vous avez donc une destination, un itinéraire et des ressources pour accomplir votre projet. Il en est ainsi de nos vies. 

Régulièrement, il est important de s'asseoir pour planifier les projets, les objectifs et les rêves que nous voulons réaliser dans l’année, dans nos vies. Trop peu de gens font cet exercice. Il m'arrive de rêver que les enfants en viendront à apprendre comment faire leur planification de vie à l'école primaire. Nous aurions ainsi une population beaucoup plus responsable et autonome. 

Maintenant, si vous arrêtez en cours de route pour faire une pause, vous poursuivez quand même ensuite jusqu'à Québec n'est-ce-pas ?  C'est la même chose dans la vie, il faut poursuivre malgré les obstacles et les pauses qu'il vous arrive de prendre. Malheureusement, trop souvent, devant les difficultés et parce que le résultat (ou la destination) n'est pas encore atteint, bien des gens rebroussent chemin et abandonnent tout simplement en se disant qu'ils n'y arriveront jamais. Il faut persister et aller se chercher de l'aide, des ressources, pour comprendre ces obstacles et pour les dépasser. C'est ici que le Centre de Consultation-Scénergie vous vient en aide avec le week-end sur "La réalisation de vos rêves pour l'année en cours".

Grâce à un processus mis au point, par Lise et Jocelyne, et expérimenté par notre équipe, nous vous aiderons à prendre conscience et à défaire les blocages à votre élan. J'aurais beaucoup d'histoires heureuses à vous raconter concernant ce fameux week-end mais j'aime mieux vous proposer de vous inscrire dès maintenant et de vous assurer ainsi d'atteindre vos objectifs en 2013! Avant de vous quitter, une dernière information: plus vous êtes " passif ou réactif ",  plus votre vie ira dans toutes sortes de directions qui ne vous conviendront probablement pas. Cependant, plus vous êtes pro-actif, plus votre échelle du bonheur augmente !

Notre capacité d'aimer


J'ai une grande amie qui a eu 87 ans dans les derniers mois. Cette dame a fait de grandes choses dans sa vie. Je l'admire et elle est pour moi un modèle, un "role model". Visionnaire, dans les années 70, elle a créé la première des 3 compagnies qu'elle mettra au monde au cours des 30 années qui vont suivre. On lui doit également une fondation. Et tout ça a débuté avec une petite annonce dans le journal local pour annoncer ses services à des gens en perte d'autonomie. Ce fut le coup d'envoi d'une grande aventure. 

Il y a 2 ans maintenant, elle vendait toutes ses compagnies et prenait sa retraite. Comme elle a beaucoup de disponibilité maintenant, je vais la visiter aussi souvent que possible. Nous avons toujours adoré discuter du travail, de nos relations et surtout de spiritualité. Nous avons refait le monde très souvent en nous amusant de nos revers et en nous épaulant devant l'adversité. Encore maintenant, nous échangeons sur la spiritualité mais nos conversations ont une couleur bien différente puisque son médecin ne lui donne que très peu de temps encore…

Dans les quelques heures qui ont suivi cette annonce, elle a quitté son magnifique condo, ses meubles, ses objets de valeur n'emportant avec elle qu'un peu de vêtements pour l'hiver seulement. N'allez pas croire que nos échanges sont tristes quoique parfois un peu mélancoliques. Cette semaine, elle me disait " tu sais Lise, je ne voulais pas emporter toutes les belles choses que la vie m'a prêtées. Le bureau, le lit et les chaises ici font mon affaire. J'ai une grande fenêtre qui laisse passer la lumière et qui me permet de regarder les arbres et les fleurs. Le personnel est très gentil. C'est beau et il y a de l'espace dans ma chambre. Je n'ai besoin de rien d'autre car tu sais Lise, quand on arrive à la fin de sa vie, on se rend vraiment compte qu'il n'y a que l'amour qui a valu la peine. L'amour que tu as donné, l'amour que tu ressens à l'intérieur. J'ai aimé mes enfants et mes petits-enfants, j'ai aimé mon travail, mes employés. J'ai fait tout ce que j'aimais à tous les jours, même dans les temps plus difficiles. L'amour c'est tout ce qui compte dans la vie. J'ai fait ce que j'avais à faire. C'est fini maintenant. Je suis prête à partir".

Aujourd'hui, c'est ce témoignage d'une personne qui a eu une grande vitalité et une vie très prospère que je veux partager avec vous. 

Pourquoi est-ce si important l'amour? La réponse est tellement simple. La voici: quand on a la capacité d'aimer, on a de l'énergie, de la vitalité, de la santé, des projets, de la créativité, de l'ouverture. Quand on s'aime et qu'on aime, on trouve sa place, on remplit sa mission et on attire à soi les bonnes personnes et les bonnes circonstances. Alors, voici quelques questions pour vous: où en est votre capacité d'aimer et de vous aimer en premier lieu? Aimez-vous votre vie? Cultivez-vous l'amour dans votre jardin intérieur?

L'amitié


C'est une amie qui m'a conseillée... un ami est venu m'aider... grâce à cet ami... ce sont mes amis qui m'ont aidé à y voir clair... c'est un ami, c'est comme un frère, une soeur. Parmi tous les réseaux qu'entretient un être humain, celui des amis(es) compte parmi les plus importants. Malheureusement, certaines personnes ne savent comment entretenir des amitiés ou les "brûlent" à force de leur demander aide et soutien. Il serait normal d'apprendre au sein de la famille, comment créer et entretenir des liens amicaux. Il arrive cependant que certains parents ne sachent pas comment ou ne permettent pas à leurs enfants de nouer de tels liens.

J'ai pensé qu'un petit rappel de certaines règles vous serait utile, surtout dans la période estivale où les enfants jouent avec leurs amis et où les grands s'amusent à recevoir "leurs amis" sur la terrasse! 
En amitié comme en amour, la première règle est de donner/recevoir. C'est-à-dire qu'il doit y avoir un échange entre les 2 personnes. Cet échange se doit d'être équilibré si on regarde sur une longue période de temps. Il se peut qu'à certains moments, la balance soit inégale, mais cela ne doit être que temporaire sinon la relation devient parent/enfant. Dans ce cas, le lien sera inévitablement tari sur le plan amical.

Il se peut que l'un ou l'autre ait davantage besoin à un moment donné, mais ce déséquilibre doit être rétabli à court terme. Trop de gens prennent leurs amis pour des thérapeutes ou pour des gens à tout faire. Il vaut mieux payer un thérapeute ou un entrepreneur que de perdre ses amis. Comment entretient-on une amitié maintenant? On appelle, on s'informe. On se rencontre pour jaser, pour manger. On parle de soi aussi, on donne de soi. Parfois, on rend service, on souligne une fête, un geste qu'on a apprécié ou une qualité. La règle absolue, en plus de l'équilibre, c'est d'être vrai, d'avoir l'espace pour parler de ce qui est important pour nous au quotidien et finalement de ressentir une communication profonde avec une autre personne.

Je vous laisse sur cette pensée: 
Dans la main d'un ami, il faut déposer sa confiance; dans son âme, sa compréhension; sur ses lèvres, son sourire; devant ses yeux, une rose; près de lui, sa présence et son aide; et dans son coeur, le bonheur de son amitié.

^